Le gestionnaire de propriétés Lavanda devient un fournisseur de technologie

Lavanda, anciennement gestionnaire de propriétés, a découvert que la technologie qu’ils avaient développée pour leur utilisation propre, pourrait en fait être exploitée par d’autres. Ils sont arrivés à la conclusion que les gros propriétaires pouvaient améliorer leur rendement en se lançant dans la location court-terme et ont décidé de leur donner accès à des gestionnaires de propriétés qui pourraient gérer leurs logements ainsi qu’à la technologie pour appuyer les opérations. L’interview est à découvrir dans son intégralité sur YouTube ou Apple Podcast, Spotify, Google Podcast (US seulement) pour les versions audio. Plus de chaînes: https://anchor.fm/secretsaucepodcast

Nombre de propriétés en ligne+10,000
Adresse du siège socialLondres, UK
Technologie utiliséeRentals United + API
Site internetVisit Now

Business challenges

Lister de manière efficace et rigoureuse sur tous les sites de réservations

Maintenir des prix compétitifs avec des mises à jour en temps réel sur tous les sites d'annonces

Automatiser les opérations afin de recentrer les ressources sur le développement de l'entreprise

Nous voulons être présents sur le plus de canaux possibles afin d’augmenter la visibilité de tous les logements résidentiels.

Solutions

Le gestionnaire de canaux Rentals United

Le gestionnaire de canaux Rentals United

Plus de Détails
Rentals United connexion API

Rentals United connexion API

Plus de Détails

Outcome

Selon le PDG de Lavanda, la clientèle est de plus en plus fragmentée et il y a beaucoup d’innovations intéressantes ayant lieu en ce moment. Avec un nombre croissant d’acteurs arrivant sur le marché de la location d’affaire, de la location moyen-terme et le marché plus classique de la location saisonnière, Lavanda a besoin de partenaires channel manager permettant à leurs différent clients d’annoncer sur toutes les plateformes qui les intéressent.

10,000
logements résidentiels
$10M
levée de fonds
3 pilliers
croissance, développement, distribution
35
gestionnaires opérationnels

Interview complète de Fred Lerche-Lerchenborg, PDG de Lavanda

Vanessa : Pouvez-vous nous en dire plus sur ce que vous faisiez avant Lavanda et sur le poste que vous y occupez actuellement.

Fred : Je suis le PDG de Lavanda depuis 1 an. Avant cela, j’étais Directeur des Opérations chez Lavanda pendant 3 ans, soit depuis la création de la société. Auparavant, je travaillais dans la finance. J’ai passé 10 ans dans les services d’investissements et gestion de capitaux pendant lesquels j’ai œuvré au développement d’un fond international de revenus d’actions de 3 milliards de livres sterling. Ensuite, en termes de Fusions / Acquisitions, nous nous sommes concentrés sur les technologies et télécoms. À l’origine, j’étais un investisseur PA dans Lavanda puis j’ai finalement décidé de me joindre à l’aventure. D’investisseur, je suis devenu manager puis Directeur des Opérations et maintenant PDG.

Vanessa : Donc le PDG est devenu Président du Conseil d’administration ?

Fred : Oui, en effet. Guy Westlake, le fondateur, a endossé ce rôle et développe le business au niveau international car nous grandissons.
Vanessa : Quelle est la taille des équipes aujourd’hui ?
Fred : Nous sommes 30 dont la plupart sont basés à Londres et la moitié sont des ingénieurs techniques. 15 personnes travaillent dans les équipes logicielles, produits et ingénierie.

SE TOURNER VERS L’ÉCOSYSTÈME TECH DU B2B
Vanessa : Pourriez-vous m’en dire plus à propos de la marque Lavanda pour ceux qui ne la connaissent pas.

Fred : Nous venons de loin ! Nous étions une société de gestion de propriétés basée en Grande-Bretagne et gérant environ 500 maisons individuelles, opérant pleinement en tant que marque B2C. En cours de route, nous avons réalisé qu’il existait l’opportunité de s’attaquer aux larges développeurs institutionnels qui commençaient à s’intéresser au marché et ainsi développer une gamme d’outils qui pourraient débloquer ce type de clientèle de manière évolutive et globale.
Ainsi, l’année dernière nous avons pris un tournant différent et nous sommes devenus une marque B2B uniquement. Nous nous adressons à d’importants fonds d’investissements côté résidentiel, comme par exemple Aberdeen Asset Management, LaSalle et un certain nombre de propriétaires institutionnels américains.
Ils ont tendance à posséder ce qu’on appelle des habitats collectifs soit d’importants quartiers résidentiels comprenant jusqu’à 1 000 logements. Mais plus généralement, on sera sur un ordre de 200 - 300 logements conçus pour de la location. On parle également des grandes résidences universitaires avec une gamme de consommateurs différents.
L’autre moitié de notre écosystème comprend des gestionnaires de propriétés qui utilisent notre système. Ces derniers sont des petits gestionnaires Airbnb mais il en vient de plus en plus importants. Nous maintenons un équilibre dans cet écosystème en débloquant un inventaire de grande envergure du côté de nos partenaires résidentiels qui sont intéressés par la location court et moyen-terme et notre pool de supers gestionnaires.

REMPLIR LES LOGEMENTS VIDES POUR LES PROPRIÉTAIRES AU PATRIMOINE IMMOBILIER IMPORTANT
Vanessa : Wow, c’est incroyable ! Et vous avez fait tout ça en un an ?

Fred : Non, cela fait un moment déjà. Finalement, nous avons construit cela nous-même parce que nous nous sommes rendus compte que nous étions en partenariat avec beaucoup de monde et qu’il existait des technologies incroyables. Seulement, lorsque nous avons dépassé les 100 logements, nous avons remarqué que les technologies actuelles ne nous permettaient pas de grandir.
Par exemple, les check-in automatiques et la répartition des tâches pour un projet de développement multi-villes. Une des dernières fonctionnalités que nous avons lancée est un CRM intégré à notre plateforme. Les prospects arrivent via des sites web différents, par un de nos sites client. Nous l’évaluons grâce à de riches sources de données auxquelles nous avons accès puis cela passe par le CRM de la plateforme pour ensuite être actionné par un partenaire local.
Les gestionnaires de propriétés seront confrontés à de multiples problèmes lors de leur croissance de 5-10 logements à plusieurs centaines. Alors nous avons développé cette technologie incroyable pour nous d’abord, puis nous avons réalisé que cela pouvait être très intéressant pour d’autres partenaires. Nous avons donc décidé de faire muter nos opérations business. Nous l’avons d’abord distribuée afin d’alimenter notre écosystème puis nous avons contracté avec multiples partenaires. Nous avons actuellement 35 partenaires opérationnels qui utilisent notre plateforme comme PMS principal.

Nous avons un grand nombre de propriétaires d’habitats collectifs qui adhèrent à notre plateforme. Grâce à cela, ils peuvent louer leurs biens sur du court et du moyen-terme. Une des raisons pour lesquelles ils souhaitent faire cela est lié notamment aux baux de leurs nouveaux immeubles : manifestement il y a encore beaucoup de lots qui sont vides et cela représente de l’argent pour ces propriétaires. Les portefeuilles ont tendance à avoir des moments de creux qui vont de 2 à 5%. Ces creux dépendent d’où l’on se trouve mais si les biens se trouvent dans des endroits qui ont été sur-construits, ils seront plus importants. Notre plateforme élimine 72% des vides sur ces portefeuilles.
Il y a également d’autres choses intéressantes que nous faisons en ce moment. Par exemple, nous avons un concept de « Resident Hosting » qui nous permet de modifier le bail pour les résidents des grands quartiers résidentiels afin qu’ils puissent, de manière légale, passer par Airbnb, Booking.com, HomeAway etc. Concrètement, cela permet de créer un cadre pour les propriétaires de grands habitats collectifs afin qu’ils puissent faire de l’économie participative d’une manière qu’ils n’avaient pas pu faire auparavant. Ce n’est pas leur gagne-pain vous savez.

CHOISISSEZ UN MANAGER CONNECTÉ OU GÉREZ VOS PROPRES OPÉRATIONS
Vanessa : Donc si j’ai bien compris, vous êtes un intermédiaire entre les grands parcs immobiliers qui peuvent être à moitié vides et les gestionnaires de propriétés qui souhaiteraient gérer ces biens. Vous leur fournissez la technologie et les aidez avec les aspects juridiques.

Fred : Exactement et tout se fait via notre plateforme. Imaginez que vous êtes un propriétaire institutionnel avec 10 000 biens répartis en Europe. Chaque projet aura des besoins et des intérêts différents. Certains seront des appart-hôtels, d’autres seront juste de nouveaux immeubles avec beaucoup d’espace vide. Notre plateforme peut aider à monétiser le potentiel de location court et moyen-terme de ces biens grâce à une technologie qui solutionne toute la gamme de services de A à Z : du marketing à la tarification en passant par la gestion opérationnelle.

Ce qui est intéressant, et je crois que nous sommes les seuls à le faire, c’est que le gestionnaire peut choisir de gérer lui-même ses biens en utilisant notre PMS. Actuellement, il y a une tendance que vous devez certainement connaître, c’est que certains des très grands gestionnaires ont un département dédié aux services au sein de leur gestion immobilière. Ils ont leur propre service de maintenance et gestionnaires locaux.
Mais comment font-ils côté technologie ? Parce que les logiciels des gestionnaires de biens classiques sur du long-terme n’intègrent pas les composantes de ce nouveau monde dont nous faisons partie. Nous nous intégrons sur les grandes plateformes en créant un PMS intégré pour ces services. Ainsi les gros propriétaires de biens peuvent dire « Voilà, j’ai 500 biens à Londres et j’ai un département de services et je voudrais gérer cela moi-même. Seulement pour mon plan à Helsinki ou à Dubaï, je préfèrerais externaliser l’opérationnel parce que ce n’est pas ce sur quoi je souhaite me concentrer ». Puis, selon où se trouve le plan de développement, nous pourront utiliser un de nos partenaires locaux ou ils pourront utiliser le PMS intégré.

VENDRE DES IP LÉGAUX & DES IP TECH AUX ACTEURS IMPORTANTS
Vanessa : Incroyable. Et donc combien de propriétés gérez-vous de cette façon aujourd’hui ?

Fred : Nous avons maintenant 10 000 logements engagés dans le programme Lavanda. Cela va forcément varier. Pour nous, la clef c’est que tout cela soit légal et légitime sur l’intégralité de la plateforme et avec les grands pionniers. Pour nos clients premium, bien sûr, il y aura toutes sortes de règlementations.
Par exemple, à Londres vous avez 90 jours. Au Danemark 70. Il existe beaucoup de règles différentes et autant de situations. Mais nous grandissons avec des partenaires de grande envergure. Nous venons de terminer une collecte de fonds avec VC Wing de Henley Investment management. C’est une société de capital investissement et ils possèdent 10 000 logements en Angleterre et aux USA. Il existe des acteurs très importants sur le marché notamment venant des US et ils sont très intéressés par tout ça.

En Europe également nous constatons de plus en plus de capital institutionnel tournant autour des quartiers résidentiels car le rendement est de plus en plus serré. Ils sont, de fait, de plus en plus intéressés par la location court et moyen-terme afin d’augmenter le rendement et s’assurer que les projets aient du sens, développer le stock etc…

Vanessa : Alors comment est-ce que vous vous développez ? Comment arrivez-vous à trouver ces grands partenaires ? Est-ce qu’ils fleurissent de partout ? Est-ce que vous les triez sur le volet ?

Fred : Nous avons toute une équipe dédiée B2B qui s’occupe de faire du consulting pour les grands propriétaires de biens. Nous parlons de cycles de croissance très longs et qui requièrent beaucoup d’investissement. Nous avons créé une police d’assurance personnalisée avec l’un de nos partenaires pour combler les lacunes des assurances habitation. Nous avons étudié en profondeur la règlementation juridique des baux afin de créer une structure qui modifie les baux pour les locataires long-terme leur permettant ainsi de faire de la location court-terme. En fait, nous avons un mélange d’IP légaux / IP tech qui se retrouvent sur cette plateforme.

Au départ, nous avons commencé discrètement avec l‘un de nos partenaires, JLL, Aberdeen Asset Management et Europa Capital. Nous avons travaillé sur quelques projets pendant 18 mois, juste pour tester le produit, comprendre de quoi il retournait, comment cela pouvait parler à ce type de client et comment il pourrait être intégré dans notre écosystème.

Depuis décembre 2018, nous avons commencé à dérouler cela au niveau global. En fin de compte, le monde de la finance est petit. Une fois que vous avez prouvé à un administrateur de fonds avec 10 000 logements que vous êtes capable d’augmenter leur rendement, ne serait-ce que de deux points ou un pourcentage X, cela devient un élément important de leur set d’outils. Ils sont autant intéressés par l’innovation technologique que par les faits.

Et nous faisons beaucoup en matière de site de réservations, de portails clients, en B2B toujours. Ce n’est pas tellement notre marque qui s’adresse aux clients. Il s’agit surtout de permettre aux autres d’avoir une super marque qui soit pertinente pour de la location court et moyen-terme. Ainsi pour eux, cela permet à la fois d’augmenter le rendement tout en ayant un partenaire tech qui peut les accompagner sur une période de 5-10 ans. Auparavant, la location saisonnière était un business complètement différent. Maintenant tout a fusionné. Et il est impossible de l’ignorer parce qu’au final, les gens utilisent Airbnb illégalement pour leurs biens.

Certaines personnes essayent de mandater des entreprises de gestion de clients pour leurs biens et ils ne savent pas vraiment ce qu’il se passe. De fait, ils ont beaucoup de problèmes de sécurité. Donc ignorer tout ça n’est plus possible pour ces grands propriétaires. Mais trouver un partenaire global qui peut grandir avec eux et leur fournir une solution technologique est en fait assez délicat pour eux. C’est pourquoi nous nous concentrons uniquement sur le B2B.

Côté gestion de propriétés, nous sommes constamment à la recherche de nouveaux partenaires qui sont des gestionnaires extrêmement compétents sur leur zone. C’est très important pour nous de travailler avec les meilleurs du secteur. Nous pouvons rechercher les meilleurs de chaque région au fur et à mesure que notre écosystème grandit. Il existe de plus en plus de gestionnaires de propriétés, opérant sur différents segments, faisant du bon boulot et devenant visibles.
Je rentre tout juste d’une semaine au moyen orient où j’ai rencontré beaucoup de différents gestionnaires de biens locaux. Et il y en a un certain nombre avec lesquels nous espérons travailler bientôt et qui sont supers. Le personnel et l’opérationnel à Dubaï sont excellent et c’est ce standard d’excellence et de professionnalisme que nous visons. Le grand public ne doit plus voir cela comme un problème ou une inquiétude. Il doit voir que tout est en règle avec un bon cadre afin que cela puisse se fondre dans les différentes communautés.

SÉLECTIONNER DES GESTIONNAIRES DE QUALITÉ
Vanessa : Donc si je suis un gestionnaire de propriétés aujourd’hui, je postule en disant que je suis prêt à m’occuper de ces biens ?

Frank : Exactement et nous avons une sélection assez directe. On les rencontre, nous examinons leur plateforme. Généralement ils sont intéressés par notre PMS parce qu’ils arrivent à un stade où ils commencent à grandir et à se pencher sérieusement sur la question. Donc ils viennent vers nous en nous disant « Bonjour, alors voilà j’ai 200 unités, l’idée c’est d’arriver à 1 000, comment puis-je y parvenir ? Je souhaite percer ce marché, je sais que vous avez des partenaires qui sont sur ce marché. Comment pourrions-nous travailler ensemble ? » Et au fur et à mesure de leur travail sur notre plateforme, nous voyons très vite qui est compétent sur quel marché et ainsi les aider à se développer.
Ainsi nous pouvons vraiment développer leur business en leur fournissant de l’inventaire sans coût d’acquisition mais aussi les aider à gérer cet inventaire parce que 200 unités de plus c’est un défi considérable.

Vanessa : Est-ce que vous êtes regardant sur la marque et la cohérence de la marque lorsque vous considérez les différentes candidatures ? Est-ce que c’est important aujourd’hui d’avoir une marque et une image en tant que gestionnaire de propriétés ?

Fred : Oui, à mon sens. Mais les avis sont différents là-dessus. Je pense que c’est important pour les gestionnaires à la pointe de la technologie et bientôt, ce sera obligatoire pour tout je pense. Cela veut dire qu’il faut soit trouver un bon partenaire tech ou alors développer sa technologie propre. Et ils ont besoin d’une bonne marque. Nous commençons à voir des lancements avec des acteurs géniaux comme Altido par exemple, qui a également participé à ce podcast et qui est un super gestionnaire de biens, même avec des administrations multiples.

C’est le cas en local également. Dans chaque ville, nous voyons deux ou trois noms qui se démarquent en termes de gestion. La manière dont ils traitent leurs hôtes est vraiment importante. Ensuite, je pense qu’il y aura une divergence entre les fournisseurs de technologie pour ces acteurs-là. Une des raisons pour lesquelles nous avons pris le tournant B2B et le tournant tech c’est que nous avons réalisé que nous ne pouvions pas tout faire. Nous ne pouvions pas être le meilleur gestionnaire du monde et le meilleur fournisseur de technologie et être B2B et tout le reste. Donc je pense que la technologie et l’opérationnel vont commencer à se diversifier.
Notre marque est une marque tech maintenant. Nous voulons êtes des innovateurs, des fournisseurs d’une super tech pour tous nos partenaires et nos clients importants. C’est leur fournir un écosystème où Aberdeen Asset Management pourra dire « Regardez, j’ai six, même 7 projets. Je sais que la plateforme de Lavanda me donnera accès à des gestionnaires de qualité ou à une technologie incroyable grâce à laquelle je peux me développer. »

DÉVELOPPER UNE TECHNOLOGIE MODULAIRE ET TRAVAILLER AVEC DES AGENTS IMMOBILIERS
Vanessa : Ok super ! Alors parlons un peu de technologie. Vous dites que vous avez créé un système de check-in automatique, vous avez parlé du site web, du CRM. Cela représente beaucoup d’investissements non ? Beaucoup de développeurs etc. Mais dites-moi, comment définissez-vous les priorités d’un aspect de tech sur un autre ? Comment est-ce que cela marche ?

Fred : Effectivement, cela coûte beaucoup d’argent et j’ai levé plus de 10 millions de dollars que j’ai investis dans la technologie. Nous avons une équipe de 15 ingénieurs que nous espérons étendre à 30 avant la fin de l’année, donc rapidement.

Nos priorités ont été établies de la façon suivante : nous avons commencé à nous rendre compte qu’il y avait des problèmes qu’aucun de nos partenaires ne pouvaient résoudre. Par exemple, nous avions un prestataire pour notre site web et un autre pour notre CRM mais ni l’un ni l’autre ne s’adressait réellement à notre PMS. Puis la configuration globale n’était pas optimale pour l’intégration qui est pourtant un moment particulièrement délicat quand vous essayez d’obtenir des biens grâce à la première communication entrante ou sortante (pour laquelle vous avez sans doute investit beaucoup d’argent !). Il faut s’assurer que cela soit lancé.

Nous avons réalisé qu’en homogénéisant tout le processus d’intégration, cela créerait une expérience fluide : les propriétaires pourraient rentrer les infos et obtenir immédiatement une évaluation de ce que pourrait leur rapporter leur bien, basé sur les données. Ils peuvent le soumettre et ainsi le gestionnaire de bien peut rédiger des notes, prendre des appels et faire le suivi. Ensuite, toute cette information va directement dans le PMS et l’enrichit avec tous les éléments particuliers qui ont été notés pendant le processus de vente. De cette façon, il n’y a pas de risque d’erreur humaine.

Voilà. Vous avez donc cette expérience fluide qui est juste un exemple de ce sur quoi nous avons passé pas mal de temps, pour peaufiner et élaborer. Au départ, cela partait des nœuds que nous avions identifiés. Maintenant nous avons tout un plan de route avec des tonnes de trucs différents qui marchent autant pour les partenaires résidentiels que pour les gestionnaires de propriétés. Nous avons développé un mode modulaire donc tout prend une forme de module dans notre business pour ensuite être déployer sur tel ou tel groupe de clients selon la pertinence. Par exemple, le CRM que j’ai mentionné est également déployé sur des agents immobiliers.

Nous travaillons avec une certains nombre d’agents immobiliers dont « Savills », « JLL » et d’autres afin qu’ils puissent offrir du court-terme à leur propriétaires.
Alors imaginons un agent immobilier qui met en vente votre maison. Elle reste sur le marché pendant 10 mois. Vous pouvez demander à ces agents immobiliers de vendre votre maison mais vous pouvez aussi leur demander de monétiser cette même maison sur de la location saisonnière puisqu’elle va être vide pendant quelques temps. Mais cette piste doit être conceptualisée de manière à permettre à l’agent immobilier de comprendre l’incorporation. Il y a des commissions, il y a beaucoup de choses en amont. Ceux-ci doivent être mis au courant par le gestionnaire de propriétés qui s’assurera que tout est bien ficelé pour offrir une expérience de qualité. Vous, en tant que vendeur de votre bien, vous devrez vous dire « C’est génial, j’ai vendu ma maison et la commission du vendeur a été payée par cette entreprise de location saisonnière en partenariat avec Savills. » par exemple.

En fin de compte, nous avons trois pillers sur notre plateforme. Le premier est la croissance, nous développons un écosystème en créant de nouvelles unités en partant de rien pour les faire grandir pour nos partenaires. Le deuxième, le développement. Que ce soit l’automatisation dans leur business, que ce soit pour combler les lacunes telles que les flux d’intégration etc. Et enfin, le dernier pilier, c’est la distribution – C’est important d’aller loin en terme de portée, clients, occupation, tarification etc.

FRAGMENTATION DES RÉSEAUX ET RÉSEAUX SEMI-OFFLINE
Vanessa : Exactement là où je voulais aller pour le marketing. Donc votre inventaire passe par un channel manager, n’est-ce-pas ? Alors comment choisissez-vous les canaux avec lesquelles vous souhaitez travailler ? Existe-t-il une stratégie ?

Fred : Il y a une grande fragmentation de la clientèle et beaucoup d’innovations intéressantes. Donc il y a un nombre d’intervenants qui apparaissent dans le milieu corporate de la location saisonnière, sur le moyen-terme et un certain positionnement de marque dans la location saisonnière classique et plus court-terme. Différents clients sont intéressés par différents moyens de communication à propos de leurs biens à travers différentes plateformes.

Donc évidemment, il y a les grands et il est primordial d’avoir une intégration complète avec eux pour réellement comprendre la totalité des éléments, de la tarification aux prévisions sur l’inventaire. Nous pensons que la fragmentation des canaux va croître et nous voulons être présents sur le plus de canaux possible afin d’augmenter la visibilité de chaque bien. Nous travaillons également sur un nombre de canaux propriétaires sur notre réseau.

Par exemple, les agents immobiliers, les habitats collectifs, il existe tout un monde de canaux semi-offline qui ramènent des réservations de qualité que nous intégrons dans le système channel manager. Donc nous travaillons avec un certain nombre de channel manager, partenaires et plateformes. Si quelqu’un arrive avec un nouveau point de vue et débloque des nouveaux réseaux de clients, nous voudrions que tous nos partenaires en profitent.

Vanessa : Je actuellement en train de travailler sur un nouveau Who’s Who dédié aux canaux. En ce moment, je répertorie tous les réseaux qui pourraient avoir de la valeur ajoutée pour nos clients et synthétiser toute l’information pour que vous n’ayez pas à le faire. Dès que ce sera prêt, je vous l’envoie. D’ailleurs, comment se passe la relation avec Rentals United ? Etes-vous satisfaits ?

Fred : Oui, nous sommes très contents. Nous pensons que Rentals United détient une place unique en termes d’accès et d’opportunités que cela offre au niveau des canaux de distribution. Donc oui, nous sommes des clients très contents et nous nous réjouissons de poursuivre notre collaboration dans le futur.

LEADER DANS LA RÉSOLUTION DES PROBLÈMES DE LOGEMENT
Vanessa : Où vous voyez-vous dans 3 ans ?

Fred : En ce moment, nous sommes en train de créer des têtes de pont dans différents lieux. Mais dans trois ans nous espérons être présents dans chaque grand pays à travers le monde. Nous sommes un produit global et nous vendons au niveau global. Nous voulons être le leader sur le marché avec les opérateurs multi-famille, PBSA (logements étudiants) and tous ces différents segments de clients.

Nous voulons peser dans la balance pour ce qui est de donner accès aux logements mais également pour prôner les bonnes pratiques et la conformité sur toutes les destinations. Nous avons été un vrai leader d’opinion pour ce qui est de promouvoir les locations saisonnières plutôt que d’être en marge. Les conseils et les gouvernements doivent sentir qu’il existe un cadre de travail pour tout cela, qu’il existe un bon équilibre entre les différentes communautés sur les marchés du logement court-terme, moyen-terme et long-terme. Nous voulons peser dans la balance de manière positive. Nous voulons contribuer à solutionner les problèmes de logements. C’est notre objectif principal.

CONSOLIDATION POUR CERTAINS ET UNE ANNÉE BINAIRE POUR D’AUTRES
Vanessa : Que pensez-vous qu’il va se passer dans l’industrie ? Pensez-vous que l’habitat collectif va prendre le dessus sur la gestion immobilière de papa et maman ?

Fred : Je ne crois pas. Je pense que cela va se fragmenter. Je pense que la bulle immobilière des baux (si je puis appeler cela comme ça, ce qui est clairement controversé) va continuer de grandir l’année prochaine. Il y a beaucoup d’argent qui part là-dedans et la croissance s’y concentre également.

Il existe encore des questionnements concernant la stabilité financière du modèle mais il va continuer à grandir sans aucun doute.
Nous constatons que l’habitat collectif, les agents immobiliers et sans doute encore quelques agents résidentiels et propriétaires de la vieille école vont se diriger vers le secteur parce que je pense que c’est un moyen très intéressant d’innover. Les plateformes comme la nôtre commencent à rendre cela possible.

Je pense qu’ils manageront des projets plus importants et qu’ils commenceront à gérer des Apart’hôtels au sein même de certains blocs. Dans certaines conditions, c’est très attractif et cela veut dire qu’ils peuvent le faire avec leur marque. Je pense aussi qu’il y a de la place pour les opérateurs moyens et grands.
Il y aura sans doute pas mal de consolidation cette année. Nous avons déjà assisté à la première vague mais il y en aura une autre. Il y aura ceux qui tournent bien, qui sont bien gérés et qui déclencheront un cercle vertueux où ils pourront acquérir d’autres sociétés qui tournent bien. Malheureusement, il y aura également quelques grands opérateurs qui marchent moins bien qui pourraient se retrouver hors-jeu si la réglementation se durcit ou s’il se passe quelque chose comme l’arrêt du marché des financements. Ce sera une année plutôt binaire pour ceux-là mais cela va être intéressant.

Ce qui va être intéressant c’est la règlementation. Si Airbnb en arrive à une OPA, je pense qu’il y aura des affaires à travers le monde qui auront un impact important puisqu’ils veulent se légitimer dans différentes villes. Cela pourrait entrainer pas mal de monde dans son sillage. Je pense que les gens doivent vraiment passer au-dessus de ça et faire attention à ne pas construire leurs entreprises sur un sol poreux. C’est très important d’être du bon côté de la règlementation et développer un modèle d’entreprise viable.

Vanessa : Merci beaucoup, c’était un plaisir d’avoir cet entretien avec vous. J’ai beaucoup appris sur l’habitat collectif, le multi-famille.

Fred : Super. Merci beaucoup.

 

FAQ

Non, elles ne le sont pas. Certains sites de référencement ajoutent leur commission à vos prix fournis, ceux-là veulent vos prix nets. D'autres, récupèrent leur commission à partir de vos prix fournis. Pour ces derniers, vous avez la possibilité de majorer vos prix afin de couvrir cette commission. Suite à votre inscriptions, nous vous expliquerons en détail comment ils marchent.